食事お酒Les saveurs d’Izumo

Goûtez aux différents plats traditionnels qu’offre la région !

Au menu : bœuf de Shimane , sushis et kaisendon (bol de riz au poisson et fruits de mer frais), sans oublier les Izumo soba, nouilles à base de farine de sarrasin qui figurent sur la carte de la plupart des restaurants, car ce mets traditionnel est très apprécié dans la région. Les amateurs de vin et de saké trouveront également ici leur bonheur.

Izumo Soba Soba Warigo

出雲蕎麦

Izumo soba Un plat traditionnel populaire.

Les Izumo soba sont sans conteste le mets le plus représentatif de cette région du Japon. Ces nouilles à base de farine de blé noir se retrouvent souvent proposées sous la forme « warigo soba »

Izumo Soba Soba Warigo de Arakiya

Les soba, une tradition à Izumo.

On trouve des soba, nouilles de sarrasin, un peu partout dans le Japon, mais à Izumo encore plus qu’ailleurs. Dans la région on les appelle justement « Izumo soba ». Leur particularité ? Les graines de sarrasin sont broyées avec leur coque au moment de les transformer en farine, ce qui leur donne une couleur et une saveur plus prononcées. Chaque restaurant a son propre dosage quant à la quantité de farine de sarrasin utilisée pour le mélange, et les nouilles sont généralement faites à la main le jour-même !

Izumo Soba Soba Warigo de Haneya

Les warigo soba.

Les nouilles sont servies froides dans une pile d’assiettes laquées rondes, à vous de les agrémenter selon votre envie avec la garniture et la sauce qui les accompagnent. L’apparition des warigo soba remonte à l’époque d’Edo : quand il fallait manger à l’extérieur on transportait les soba empilées dans des boites en laque carrées « jubako », qu’on appelait à l’époque « warigo ». Aujourd’hui, on préfère utiliser des plats ronds et non carrés, car c’est beaucoup plus simple et rapide à nettoyer.

Manger Kamaage Soba à Haneya

Les kamaage soba.

Les nouilles sont servies chaudes dans le bouillon où elles ont cuit. A l’instar des warigo soba vous pouvez les assaisonnez à l’envie avec la sauce (soba tsuyu) et les différentes garnitures (bonite séchée, algues, oignon, radis blanc épicé, etc.).

Si la forme warigo soba provient de la ville féodale de Matsue, la forme kamaage soba est, elle, apparue à Izumo Taisha. Autrefois, au moment du Kamiari-sai, lorsque tous les dieux se rassemblent à Izumo vers la fin de l’année, des petites échoppes s’implantaient provisoirement autour du sanctuaire et proposaient des « kamaage » soba (tout juste sorties de la marmite) pour réchauffer les visiteurs.

Nihonshu Momen Kaido

お酒

Le saké Izumo, le berceau du saké

Dans « Izumo no kuni fudoki », un rapport du 8ᵉ siècle décrivant l’ancienne province d’Izumo, il est dit que les dieux se rassemblent ici pour faire du saké, mais aussi pour le boire ! On dit ainsi d’Izumo qu’elle est le berceau du saké.
L’un des sanctuaires d’Izumo, le sanctuaire Saka Jinja, vénère d’ailleurs le dieu des brasseurs de saké, Kusunokami. Un festival du saké y est organisé tous les ans.

Sake est fait à partir du riz fermenté

La fabrication du saké.

Le riz, l'eau et le koji (aspergillus oryzae) sont des éléments indispensables à la fabrication du saké. Il existe de nombreuses variétés de riz propices à sa production, chacune d'entre-elles révélera différentes facettes gustatives en fonction du terroir ou du degré de polissage.
La qualité de l'eau est également un facteur essentiel, des eaux douces -avec peu de minéraux- sont généralement favorisées.

Le koji, quant à lui, va permettre de transformer l'amidon du riz en sucres fermenticibles qui, par l'action de la levure (endogène ou ajoutée), vont être à leur tour transformés en alcool.

Izakaya NAMI situé près Izumo Taisha Grand Sanctuaire

La fabrication du saké.

Le riz, l'eau et le koji (aspergillus oryzae) sont des éléments indispensables à la fabrication du saké. Il existe de nombreuses variétés de riz propices à sa production, chacune d'entre-elles révélera différentes facettes gustatives en fonction du terroir ou du degré de polissage.
La qualité de l'eau est également un facteur essentiel, des eaux douces -avec peu de minéraux- sont généralement favorisées.

Le koji, quant à lui, va permettre de transformer l'amidon du riz en sucres fermenticibles qui, par l'action de la levure (endogène ou ajoutée), vont être à leur tour transformés en alcool.

Nihonshu Momen Kaido

Les différents sakés faits à Izumo.

Quatre brasseurs de saké se trouvent à Izumo : Izumo Fuji (出雲富士), Tenon (天穏), Juji Asahi (十字旭日) et Yamasan Masamune (ヤマサン正宗). Si vous achetez une bouteille de saké en souvenir, voyez avec l’artisan comment le servir. En effet, certains sakés, afin qu’ils délivrent tout leur arôme, doivent être ouverts un peu avant d’être servis, d’autres seront meilleurs chaud que froid (ou inversement), à conserver au frigo et servir frais, etc.

Shimane Winery

島根ワイナリー

Shimane Winery Shimane Winery est une entreprise vinicole à cinq minutes en voiture d’Izumo Taisha.

Avec ses murs blancs et ses tuiles rouges, vous remarquerez de loin Shimane Winery et ses bâtiments au style architectural européen. Ici, goûtez au vin produit sur place et au bœuf de Shimane servi dans le restaurant de grillades (« yakiniku ») Château Misen.

Visite de l'usine à Shimane Winery

Venez observer le processus de fabrication.

Shimane Winery transforme sur place le raisin qui est produit dans les alentours.

De larges fenêtres vous permettent de regarder librement différentes étapes de la production du vin dans cette entreprise, notamment la pièce où se trouvent les cuves pour la fermentation ainsi que l'endroit où a lieu la mise en bouteille.

Bar à Shimane Winery

Dégustation libre des vins.

Venez goûter aux vins et trouvez celui qui ravira vos papilles gustatives. Vous pouvez également aller au comptoir pour tester des vins qui ne sont pas proposés dans la dégustation en libre service.

Avis aux conducteurs : au Japon il est strictement interdit de boire de l’alcool si vous prenez le volant.

Coin spécialité locale

Découvrez d’autres spécialités locales.

En plus des vins et du jus de raisin produits à Shimane Winery, vous pourrez aussi goûter à différents produits régionaux.

Des mets sucrés, dont des petits gâteaux en forme de lapin en référence à Izumo Taisha et ses légendes, mais aussi salés, dont les « noyaki », pâtés de poisson grillés, et plus particulièrement les « ago noyaki », au poisson volant.

Zenzai : soupe de haricots rouges sucrée avec morceaux de mochi, pâte de riz cuit à la vapeur et passé au pilon. Une spécialité d’Izumo.

特産品と季節名物

Autres spécialités et produits saisonniers N’arrêtez pas votre découverte gustative en si bon chemin !

Découvrez les différents mets qu’Izumo peut vous offrir : poissons et fruits de mer frais du jour, dessert traditionnel aux haricots rouges ou fruits issus de l’agriculture locale, vous trouverez forcément votre bonheur gustatif au gré de vos visites.

Izumo zenzaï, soupe de haricots rouges sucrée avec morceaux de mochi, pâte de riz cuit à la vapeur et passé au pilon.

Zenzai à Izumo Taisha

Ce dessert traditionnel d’Izumo est lié au « Kamiari-sai », le fameux festival où les dieux sont présents. Cette soupe de haricots rouges sucrée et mochi (pâte de riz cuit passé au pilon) était autrefois servie aux visiteurs d’Izumo Taisha lors de ce festival et appelée « jinzai mochi » (le mochi des dieux). L’accent régional a transformé « jinzai » en « zunzai », pour devenir finalement « zenzai », sa forme actuelle.

Kaisendon à Hinomisaki. Poissons et fruits de mer souvent crus et servis sur un bol de riz.

Poissons et fruits de mer à Hinomisaki

Une promenade en bord de mer, rien de tel pour s’ouvrir l’appétit ! A Hinomisaki les amateurs de poissons et fruits de mer frais en auront pour leur argent. La plupart des restaurants proposeront des « donburi » (bol de riz) de sashimi, mais si vous n’aimez pas le poisson cru, sachez que vous trouverez tout de même des plats de poisson et fruits de mer cuits : « nodoguro » (bar), « ika » (seiche) ou encore « sazae » (turbo).

Kaki de Hirata et figue de Taki, deux fruits cultivés à Izumo.

Figues de Taki et kakis de Hirata

Le département de Shimane est connu pour son raisin, mais la culture de la figue et du kaki occupe aussi une part importante des terres agricoles à Izumo. La réputation des figues de Taki est même arrivée jusqu’en France, où elle a remporté un prix au festival de la figue de Vézénobres (Gard). Et si vous êtes de passage à l’automne, régalez-vous de kakis ! Le nom du fruit du plaqueminier vient du japonais, lorsque c’est la saison vous en verrez sur tous les étals d’Izumo. Sa chaire tendre et son goût sucré raviront tous les gourmands.

Restaurant Wata no Hana dans le quartier de la route du coton Momenkaido à Izumo.

Dans le quartier de Momen Kaido

Les commerçants font vivre les anciennes rues de Momen Kaido.

Quelques commerçants sont toujours là pour animer les rues de cet ancien quartier, dont le nom signifie « la route du coton », resté tel qu’il était à l’époque d’Edo (1603-1868). Vous pouvez manger au restaurant Wata no Hana (fleur de coton) qui fait aussi café. Un restaurant italien, Trattoria 814, se trouve aussi dans ses rues, ainsi que deux producteurs de sauce soja, un brasseur de saké et un confiseur.

Glace à la sauce de soja chez Oka Moichiro Shoten dans Momenkaido.

Saishikomi shoyu – une sauce soja régionale

Un type de sauce de soja particulièrement apprécié dans le Sud du Japon, mais peu connu en dehors, est le « saishikomi shoyu », une sauce de soja fermentée deux fois. Faites une dégustation gratuite chez Oka Moichiro et offrez-vous une glace italienne à la sauce soja chez Mochida Shoyu. Une (re-)découverte gustative autour de la célèbre sauce qui accompagne les sushis.

Brasserie de saké Mochida, saké Yamasan Masamune et liqueur de prune umeshu.

Saké Mochida

Cette brasserie de saké a plus de 130 ans, ses bâtiments sont inscrits en tant que biens culturels tangibles depuis 2017 et c’est là qu’est produit l’un des sakés les plus connus à Izumo, le Yamasan Masamune. Pour 300 yens vous pourrez y déguster trois sakés différents. Si vous parlez japonais vous pouvez également prévoir une visite de l’établissement.

Bonbons en sucre au gingembre et au thé vert matcha de la confiserie Kurumaya Shougatou Honpo.

Bonbons au gigembre de Kuramaya

Ces petits carrés de sucre au gingembre sont encore produits comme on les faisait il y a 300 ans. Cette boutique existait en effet déjà il y a trois siècles et vous pourrez d’ailleurs voir à l’intérieur des objets datant de cette époque. Deux sortes de bonbons sont proposés, ceux au gingembre (blancs) et ceux au matcha (verts). Le gingembre et le matcha utilisés pour la confection sont tous deux produits à Izumo.